Histoire et origines de la lithothérapie

Publié le par ReikiGirl

 

Améthystes

 

Couverture

La lithothérapie est désignée comme une médecine non conventionnelle qui cherche à soigner par le biais des cristaux et des minéraux. Le mot lithothérapie vient des termes grecs “lithos” (pierre) et “therapeia” (cure). Il désigne l’art du soin par les pierres. Cependant, si l’origine étymologique du mot lithothérapie est facile à retracer, il n’en va pas de même des origines historiques de cet art, dont les racines se perdent dans le fond des âges. Pierres et cristaux accompagnent en effet l’humanité depuis le premier outil fabriqué de la main de l’homme, et sont encore utilisés dans les technologies les plus récentes…

Elle considère que les cristaux émettent naturellement une «résonance» ou une «vibration» singulière capable d'améliorer le bien-être de la personne à son contact ou à proximité.

Actuellement, il n'y a pas de preuves scientifiques de l'efficacité de cette thérapie et tout est encore à faire. C’est la raison pour laquelle il est bon de noter nos expériences. Qui sait, peut-être serviront-elles un jour. Pour que son efficacité soit démontrée, les expériences de lithothérapie doivent être confirmées ??????????

Les origines préhistoriques de la lithothérapie

L’histoire de l’usage des pierres comme instruments de soin est trop ancienne pour être retracée avec certitude. Néanmoins, nous savons qu’entre 15000 et 5000 ans avant notre ère, les hommes des cavernes manipulaient les pierres dans tous les actes de leur vie quotidienne. La pierre était « portée en amulette, travaillée en statuette, dressée en temples mégalithiques : menhirs, dolmens, cromlechs…On y appelait force, fécondité… […] La lithothérapie était déjà née.»

2000 ans d’histoire de la lithothérapie

C’est depuis la plus haute antiquité que les roches sont employées à des fins médicales.

Dans l’Antiquité, les indiens Aztèques, Mayas et Incas sculptent la pierre en statues, statuettes et bijoux. En Egypte, le symbolisme des couleurs des pierres ainsi que l’art de leur placement sur le corps s’organisent. En Chine, en Inde, en Grèce, dans la Rome antique et l’empire Ottoman, chez les Hébreux et les Etrusques, on élève temples et statues, on fabrique bijoux ornés de gemmes,  et on utilise les pierres pour leurs vertus physiques et psychologiques. Pour cela on en fait de la poudre pour fabriquer des pommades, des onguents.

Les Grecs utilisaient, par exemple, la poudre de marbre contre les gastralgies, ou le jaspe rouge comme fortifiant. En Orient, l’antimoine était considéré comme souverain contre les maladies infectieuses et les intoxications alimentaires. Les Indiens d’Amérique connaissaient les bienfaits de l’argile et les effets antiseptiques du cuivre. En Inde, le sulfate de fer était un vermifuge et le salpêtre un diurétique.

Le Jade est réputé pour ses vertus curatives depuis la plus haute antiquité en Amérique du Sud, en Amérique Centrale chez les Indiens précolombiens ainsi qu’en Chine par les guérisseurs traditionnels.

En Chine, de très nombreuses drogues minérales étaient censées équilibrer ou stimuler les énergies... en plus du Jade.

Théophraste, (né v.372 avant JC - Athènes vers 288 av. JC), philosophe grec élève de Platon, puis d’Aristote, fut le premier scolarque , directeur du Lycée, de 322 à 288 av. J.-C et le fondateur de la botanique en tant qu'étude des plantes en elles-mêmes et non pour leurs utilités. Sa spécialité était l'étude des sciences naturelles et plus particulièrement de la botanique . Il fut également l’auteur d’un traité sur les pierres : « Des pierres » dans lequel il relate ses expériences et ses observations.

Durant le Moyen-âge occidental, l’alchimie, ou plus exactement la spagyrie, indiquait très fréquemment les pierres, précieuses ou non, contre les maladies, en respectant la loi de similitude. Ainsi par exemple, l’émeraude pouvait soigner le foie puisqu’elle était verte... comme la bile.

Durant le premier millénaire, la symbolique des pierres s’enrichit considérablement. Que ce soit en occident, en Chine, en Inde, au Japon, en Amérique, en Afrique ou en Australie, le savoir des pierres et l’art de la lithothérapie se développent. Les alchimistes cherchent la pierre philosophale, les Chinois utilisent les propriétés du jade en médecine, les Indiens codifient les propriétés des gemmes et les jeunes brahmanes sont initiés au symbolisme minéral. Dans les tribus nomades de divers continents, les pierres sont utilisées comme objet de relation entre l’homme et le divin.

Au cours du second millénaire, les connaissances s’affinent.

  • En 1644, Anselme Boece de Boot, médecin de l'empereur Rudolph II, imprime à Lyon en français un livre de 750 pages « le Parfait Joaillier ou histoire des pierres », où sont amplement décrites leur naissance, moyen de les connaître, facultés médicinales et propriétés curieuses.
  • En 1748 l'encyclopédie des drogues de Mr Lemery (médecin de Louis XIV, précurseur de la pharmacie, il a rédigé un lexicon de pharmacie en 2 volumes) et cite avec leur vertus plus d'une cinquantaine de pierres et minéraux. Le Lemery restera en usage dans certaines de nos pharmacies de France jusqu'en 1914. Les principes de l'homéopathie sont directement issus des définitions de Lemery.
  • En 1788, L’abbé Haüy publie un essai sur sa théorie concernant les sept systèmes cristallins ; sept ans plutôt il avait observé des morceaux de calcite qu’il avait fait tomber par terre, découvrant ainsi les propriétés de clivage.
  • En 1869, Monsieur Guibourt, Professeur à l'école supérieur de pharmacie de Paris publie en 3 volumes Histoire des drogues simples. Le premier volume est consacré aux minéraux et à leur étude en tant que principe premier de la pharmacie.
  • En 1937, le formulaire Astier, librairie du monde médical, 7ème édition cite encore une cinquantaine de minéraux employés à des usages thérapeutiques. Un exemple : le carbonate de manganèse, défini comme tonique et emménagogue (nota: stimulant la circulation sanguine dans la région pelvienne).

Pendant toute cette période, les pierres sont utilisées en médecine, essentiellement sous forme de poudres et d’élixirs. La lithothérapie (qui ne porte pas encore son nom) rejoint les disciplines scientifiques médicinales. Puis, sous l’impulsion du progrès des sciences, on se détourne du pouvoir des pierres. Ce n’est que dans la deuxième moitié du vingtième siècle que l’on assiste à un regain d’intérêt pour les pierres et leurs propriétés.

Célestine bleue cristalCouverture

La lithothérapie moderne

Le terme “lithothérapie” apparaît dans la seconde moitié du vingtième siècle. Le médium Edgar Cayce attire le premier l’attention sur les propriétés curatives des minéraux en évoquant le pouvoir de guérison des cristaux (crystal healing). Puis c’est sous l’impulsion des mouvements d’idées nés dans les années 1960 et 1970, en particulier du New-Age, que la lithothérapie regagne les faveurs du grand public.

Aujourd’hui, de plus en plus de personnes se passionnent pour les bienfaits des pierres et développent cette médecine douce comme alternative et complément à la médecine moderne. Certains s’efforcent d’explorer toutes les capacités thérapeutiques des pierres et entendent donner à la lithothérapie ses lettres de noblesses, persuadés du fait qu’elle peut nous soulager et nous guérir.

Les pierres et cristaux font en outre partie de notre quotidien d’homo technologicus. On extrait chaque jour métaux et corps chimiques des minéraux. Le quartz est dans nos montres et ordinateurs, les rubis génèrent les lasers…  Et nous les portons diamant, émeraude, grenat en bijoux… Peut-être un jour trouverons-nous dans cette même technologie les moyens de constituer la lithothérapie en science. Nous pourrons ainsi observer comment les pierres agissent de façon mécanique sur notre corps, notre esprit et notre équilibre énergétique.

D’ici là, chacun est libre de se faire sa propre idée en utilisant les pierres au quotidien. Plus important encore : chacun est libre d’y trouver des bienfaits qu’une expérience millénaires a su mettre en lumière.

Homme chakra couleurCouverture

Pratiques de la lithothérapie

La Lithothérapie utilise l’énergie des pierres pour rétablir l’équilibre corps-âme-esprit. Dans ce sens on peut dire qu’il s’agit d’une thérapie holistique. Elle nous aide sur le plan physique, mais aussi psychologique et spirituel par la libération de certains blocages émotionnels et par les prises de conscience qu’elle permet.

Les cristaux émettent une énergie dite fine, bénéfique quelle qu'en soit sa forme : brut, poli, taillé. Les pierres peuvent ainsi être portées sur soi sous forme de pendentif, de collier, de bracelet ou être disposées dans la pièce sous sa forme brute, de  géode   ou d'objet de décoration (animaux, arbre, fontaine, etc). Ou encore comme élixir à boire ou à appliquer en compresse.

En élixir , on pratique ainsi : un cristal est plongé plus ou moins longuement dans de l'eau distillée ou une autre solution au contact des rayons du soleil, de la lune. Le liquide ainsi obtenu est ingéré par le patient selon une posologie précise qui dépendrait du type d'élixir et de l'effet escompté ou alors appliqué sur la peau, sur une partie du corps. D’autres disent que cette pratique comporte néanmoins des risques, comme la migration de métaux lourds présents dans certaines pierres et minéraux. Donc prudence et bon sens.

En lithothérapie, on utilise également l'influence des « vibrations » émises par les couleurs (chromothérapie) . L’énergie des pierres est liée à leur composition chimique, à leur couleur et à leur forme. Elles travaillent sur tout notre corps, mais surtout sur nos chakras (centre d’énergie). Chaque chakra est rattaché à une couleur et les cristaux portant cette couleur peuvent influencer positivement le chakra relié. Chakra de la Racine (Rouge), du Sexe (Orange), du Plexus Solaire (Jaune), du Cœur (Rose et Vert), de la Gorge (Bleu clair), du Troisième Œil (Indigo, Bleu foncé), de la Couronne (Violet).

Un cristal agit selon son type sur la « fréquence vibratoire » de certains points du corps, appelés chakras  ou méridien (médecine traditionnelle chinoise et similaires à ceux utilisés en acupuncture ). Pour cela les lithothérapeutes utilisent plusieurs méthodes selon la sensibilité physique du cristal.

Les cristaux permettent d'aider à dénouer ou à rééquilibrer les chakras déficients, libérer des blocages, faire circuler l’énergie.

L'usage des pierres pour un mieux-être ne se substitue aucunement à un traitement médical. Le diagnostic médical est indispensable et tout traitement  en cours doit être poursuivi. 

Source : Lithothérapie.net

Agate mousseCouverture

Vous pouvez partager ce texte à condition d’en respecter l’intégralité et de citer la source : ReikiCristal-ReikiGirl / http://www.reiki-cristal.com . Merci. Paix et Amour.

ReikiGirl

 

Publié dans Lithothérapie

Commenter cet article

Art & Energie 11/02/2011 10:08



Si je peux me permettre une petite précision historique, le traité de Nicolas Lemery a été imprimé pour la première fois en 1698 (si mes souvenirs sont bons). Et son fils Louis Lemery a écrit un
traité sur les aliments en 1705 (je sais, ça n'a rien à voir, mais vu que c'est ma partie, je le précise !)


A bientôt !



ReikiGirl 11/02/2011 13:39



En effet.Merci pour cette précision.  Dans mon article je ne mentionnais que son encyclopédie des drogues.